Stress et Parents:Les «dix commandements» des parents

28 mars 2011 Non Par admin

Les «dix commandements» des parents

« Nous avons identifié dix compétences prédisant que l’enfant sera épanoui. Nous les avons classées par ordre décroissant d’importance, selon leur impact sur le lien entre les parents et les enfants, ainsi que sur le bonheur, la santé et le succès des enfants.
•1 Amour et affection. Soutenir et accepter l’enfant, être affectueux, passer du temps ensemble.
•2 Gestion du stress. Prendre des mesures pour réduire son stress et celui de son enfant, pratiquer le cas échéant des techniques de relaxation efficaces, et favoriser une interprétation positive des événements.
•3 Compétences relationnelles. Maintenir une relation saine avec l’autre parent et montrer l’exemple de relations aimables avec autrui.
•4 Autonomie et indépendance. Traiter son enfant avec respect et l’encourager à devenir autonome.
•5 Éducation et apprentissage. Encourager l’enfant et lui donner l’exemple lors des apprentissages. Lui procurer souvent des occasions d’apprendre.
•6 Compétences de vie quotidienne. Subvenir aux besoins de l’enfant, assurer des revenus stables et former des projets d’avenir.
•7 Contrôle du comportement. Récompenser les comportements positifs de l’enfant, et ne le punir que lorsque d’autres méthodes ont échoué.
•8 Santé. Donner à son enfant l’exemple d’un style de vie sain et de bonnes habitudes, qu’il s’agisse d’exercice physique ou d’alimentation équilibrée.
•9 Spiritualité. Si cela ne choque pas vos convictions, encourager le développement spirituel ou religieux et participer à des activités associées.
•10 Sécurité. Prendre des précautions pour protéger son enfant, être attentifs à ses activités et à ses relations.

Gérer son propre stress et garder son sang-froid
Qu’en est-il de la gestion du stress ? Notre étude nous a appris que cette faculté détermine en partie la qualité de la relation entre parents et enfants, et le bonheur de ces derniers. Nous avons constaté que le score de gestion du stress, chez les parents qui s’évaluent comme de bons parents, est le plus élevé de tous les scores obtenus parmi les dix compétences évaluées. Les parents qui perdent leur sang-froid en présence de leurs enfants savent qu’il s’agit là d’une mauvaise pratique en tant que parents. Rester calme est probablement la première étape d’un comportement parental adapté. Heureusement, on peut apprendre des techniques de contrôle du stress telles que la méditation ou les exercices de respiration, quel que soit son caractère. On peut aussi apprendre à améliorer ses compétences d’organisation, et recourir à des techniques de contrôle des pensées stressantes.
Assurer la sécurité des enfants – un sujet de préoccupation pour tous les parents – semble produire des résultats autant positifs que négatifs. Ainsi, les compétences de sécurité se traduisent par de bons résultats en matière de santé. En revanche, quand les inquiétudes des parents quant à la sécurité de l’enfant sont exagérées, cela nuit au bien-être général des enfants.
Une récente étude de la psychologue Barbara Morrongiello et ses collègues, de l’Université de Guelph, en Ontario, montre à quel point les questions de sécurité sont complexes. Dans cette étude, des jeunes âgés de 7 à 12 ans présentaient un comportement contradictoire : bien que se conformant de façon générale aux règles de sécurité prescrites par leurs parents, ils trouvaient que leurs parents étaient loin d’observer de tels préceptes et prévoyaient, une fois devenus adultes, de ne pas mettre en application ces règles de sécurité qu’ils leur imposaient. Avaient-ils détecté l’hypocrisie de leurs parents ?
Nous avons aussi été surpris par le « contrôle du comportement ». Les enfants ne réussissaient pas forcément mieux, et ne s’épanouissaient pas davantage, lorsque leurs parents utilisaient des punitions ou des récompenses. Cela contredit certaines idées bien ancrées en psychologie, dont j’avais personnellement été imprégné de par ma formation en psychologie auprès du pionner de la psychologie comportementaliste, Burrhus Skinner. La théorie du renforcement stipulait ainsi qu’un contrôle approprié des comportements pouvait être obtenu en récompensant les comportements souhaités et en punissant les comportements indésirables. En fait, d’après notre étude, le contrôle du comportement donne de mauvais résultats quel que soit le domaine : il ne bénéficie pas aux enfants à long terme, et les parents ne le pratiquent pas de façon très habile. Nos experts le classent en neuvième position dans notre liste de dix compétences.
De façon générale, les parents sont bien meilleurs pour éduquer leurs enfants et assurer leur sécurité qu’ils ne le sont pour gérer leur stress ou maintenir une bonne relation avec l’autre parent. Or ces deux dernières compétences ont beaucoup d’influence sur les enfants. Bien s’entendre avec l’autre parent arrive en troisième position dans le classement par ordre d’importance, mais seulement au huitième rang sur la liste établie par les parents concernant leurs capacités réelles. Ce qui est encore plus décourageant, c’est que la gestion du stress, deuxième par ordre d’importance, arrive seulement en 10e position des compétences des parents… »

Tiré de l’article de  Robert Epstein, Cerveau&Psycho – n° 44 mars – avril 2011